Actualités

Hommage à Lucien Godin

01.06.2016

Le Groupe Huit est né de l’amitié de jeunes professionnels  visionnaires et enthousiastes, il y a presque cinquante ans. Lucien Godin, l’un des fondateurs, nous a quittés le 21 mai dernier. Très affectés par sa disparition, nous souhaitons lui rendre hommage. Sans lui rien n’aurait été possible.

Lucien était le visionnaire, celui qui va au-delà des évidences et de la routine. Toujours remettre en cause, toujours se questionner, toujours innover. Il faut voir plus loin, l’intendance suivra…

Il avait mis sa formidable énergie au service d’une ambition à sa mesure : améliorer les conditions de vie des urbains des villes du Sud, surtout les plus modestes, en partageant avec les responsables en charge de ces villes, sa connaissance et les outils qu'il imaginait (et souvent, on s'en souvient tous, au travers de discussions enflammées). Tout était important à ses yeux : l’architecture, la topographie, la politique, les infrastructures, la sociologie, l’art, l’histoire bien sûr… mais aussi la technologie et l’innovation. Il imaginait sans cesse de nouvelles méthodes, de nouveaux outils pour s'adapter à tous les contextes : l’adressage, le Plan urbain de référence, les contrats de ville… dans une Afrique urbaine en construction. "Less is more", nous répétait-il souvent, ce qui impliquait le refus de toute langue de bois, le rejet des effets de mode et des batailles de clochers, toujours être utile, toujours aller à l'essentiel... Et aussi, ne jamais se reposer sur ses acquis et avancer, toujours.

Mais au-delà de son expertise et de ses connaissances encyclopédiques, c’est son charisme qui irradiait tous ceux qui l’ont côtoyé dans une cinquantaine de pays, quelques années ou quelques jours. Quel plaisir de le suivre, d’emprunter avec lui des chemins professionnels à peine défrichés, quel privilège surtout ! Car généreux, il transmettait, donnait, enseignait (même si il n’aurait pas aimé le terme) et chacun se nourrissait de lui.

Lucien était aussi un artisan, amoureux du travail bien fait, des beaux ouvrages en toutes choses. La typographie, l’agencement des couleurs, la pagination… rien ne pouvait être laissé au hasard. Il avait l’œil sur tout. Nous pouvions rester des heures à construire la légende d’une carte. Un peu moins de cyan, un peu plus clair, un tiret un poil plus fin… et là, ça y est, elle est parfaite cette carte, belle, lisible, claire.  Toujours être fier de ce que l’on fait, donner le meilleur de soi.

Il était l’artiste de la Renaissance ou l’honnête homme des Lumières, faisant sans cesse des allers-retours entre les arts et les sciences, entre les hommes et les machines, entre la France et le monde, entre hier et aujourd’hui. Et c’est cela qui faisait de lui un homme peu ordinaire.

Et puis le goût des autres. Qu’ils soient ministres du Maghreb ou petits commerçants du Sahel, ingénieurs en Chine ou habitants de bidonville à Kinshasa ou Djibouti. Qu’ils soient experts renommés ou jeunes diplômés venant demander conseil à « Monsieur » Godin, un peu impressionnés, mais découvrant immédiatement un homme chaleureux, passionné et parlant d’égal à égal avec une humilité désarmante.

Lucien, l’homme des contraires. Photographe rarement photographié, expert reconnu mondialement mais ne se montrant presque jamais en public, amoureux d’histoire mais toujours à l’affût de la dernière nouveauté technologique, colérique mais indulgent, têtu mais diplomate, modeste mais fier de son travail, impatient mais méticuleux, charismatique mais discret, pragmatique mais visionnaire, charmeur mais réservé.

Il était tout cela à la fois, dans son bureau de la rue Mazarine et sur le terrain, et demeure une source d’inspiration pour nous tous.

L'équipe du Groupe Huit

 

GroupeHuit@GroupeHuit
La #participation des acteurs locaux comme facteur clé du #développement #urbain @AFD_France. https://t.co/ZTIf4q9A6s